Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Janvier 2023
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 72 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 72 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 732 le Mar 24 Déc 2019 - 1:56
Connexion

Récupérer mon mot de passe

-42%
Le deal à ne pas rater :
Lit cabane enfant ELIAH – 90 x 190 cm – Bois pin massif
69.99 € 119.99 €
Voir le deal

Le barbecue... si vous aimez les belles plumes et le croustillant

Aller en bas

Le barbecue... si vous aimez les belles plumes et le croustillant Empty Le barbecue... si vous aimez les belles plumes et le croustillant

Message  fiblan Sam 3 Sep 2022 - 7:53

Lu dans l'Obs  CHRONIQUE de Fabrice Pliskin Publiée le 2 septembre 2022 à 10h08 (En espérant que c'est conforme à la charte du forum) : Le goût de la viande est-il une déviance masculine ? George Sand répond à Sandrine Rousseau

Féministe, talentueuse et carnivore, l’écrivaine George Sand, qui n’était pas un homme, prônait le régime gibier, pudding de rumsteak et confit d’oies.

Sandrine Rousseau voudrait décoloniser nos ventres. La députée Europe Écologie Les Verts appelle nos estomacs à un « changement de mentalité ». Elle invite les Français à diaboliser l’entrecôte, dont notre tradition a fait « un symbole de virilité » Elle l’a dit : elle impute la crise écologique, le réchauffement climatique, les tsunamis, les incendies, les grêlons, les inondations, et peut-être aussi l’inflation, au goût coupable que les garçons ont pour la viande. Quand elle sera Première ministre, on espère qu’elle n’interdira pas le couscous. Le goût de la chair carnée est le propre des mâles mal déconstruits, dit-elle en substance. Il semble pourtant que son allié avunculaire, Jean-Luc Mélenchon, n’aime guère le poulet - ou alors braisé.

Madame la députée, nous n’avons pas la prétention de réfuter votre concept d’« androcène », concept récréatif selon lequel capitalisme, colonialisme et carnivorisme seraient d’essence garçonne (celui de capitalocène ne semble-t-il pas plus funky ?). Nous souhaitons juste évoquer George. Madame la députée, auriez-vous oublié George ? George qui, comme vous aujourd’hui, fut la proie des plus basses attaques misogynes. Voici par le menu ce que l’écrivaine George Sand (1804 – 1876) mangeait dans sa maison de Nohant. Ses cahiers de recette en font foi.

Viandes :

« Filet de bœuf à la Béarnaise

Filet de bœuf à la Brésilienne

Côte de bœuf marinée

Bourek de bœuf

Pudding de rumsteak

Carbonnades à la Flamande

Boulettes de bœuf bouilli

Gigot de 7 Heures. »

Permettez-moi, Madame la députée, de vous souhaiter une bonne continuation :

« Mouton à la Turque

Haricot de mouton

Couscous

Foie de veau aux truffes

Grenades de foies de veau

Veau en sardines

Veau en thon

Veau en gelée

Côtelettes de veau en papillotes

Petits fricandeaux aux champignons

Galantine. »

Madame la députée, je sens que vous restez sur votre faim. Passons au gibier.

« Langues de rennes de Laponie

Lièvre à la royale

Lièvre à l’aigre-doux

Civet de lièvre

Ramerons farcis. »

Personnellement, je commence à caler, mais je sens, Madame la députée, que vous êtes autrement coriace que moi. Un peu de volaille ?

« Poulet

Poulet à la Richelieu

Poulet à la Jeune Fille

Poulet au riz

Poulet sauce Américaine

Poulet chasseur

Poulet à l’Italienne »

Vous êtes favorable à la construction européenne, dans le cadre harmonieux de la neutralité carbone ? L’auteure de « La Petite Fadette », femme libre et carnivore, vous propose « le Canard à la Bruxelles », viande souveraine et chair suave à son palais visionnaire. Ajoutez-y l’aspic de volaille qu’elle assaisonnait, affirment certains biographes, de génie lesbien. Voilà ce que George, la géorgique George, mangea à sa rustique table de Nohant, pendant quarante et un ans. J’allais oublier, Madame la députée, le plus important : la charcuterie.

« Confits d’oies

Pâté de foie gras

Terrine de foie gras

Pâté de ménage

Terrine de lièvre »

Car, sur la table de notre hôte, sachez-le, le confit d’oies fut toujours sororal. Née sous le nom d’Amantine Aurore Lucile Dupin de Francueil, George aimait s’habiller en homme et en dandy. Elle osait porter le pantalon, cet accessoire interdit aux femmes par une ordonnance du 17 novembre 1800. Est-il anachronique de se demander si son goût de la cochonnaille, du gigot de 7 heures et de la volaille à l’Hermite (pintade farcie aux marrons) était pour Sand une autre façon de s’émanciper, pour ne pas dire de « déconstruire le genre » ?

N’en déplaise aux surmulots du patriarcat, c’est en femme sans maître, en pionnière du féminisme, bottée et vêtue d’une « redingote-guérite en gros drap gris, avec un chapeau gris et une grosse cravate de laine » qu’elle entrait dans un restaurant pour dévorer une entrecôte grillée. A sa décharge, un avocat dirait que c’était avant l’élevage intensif, source de méthane, avant que la consommation de viande devienne la première cause du dérèglement climatique. Et il ajouterait sans doute qu’il faut toujours dissocier la femme et l’artiste.

Dans le livre « A la table de George Sand », sa descendante Christiane Sand évoque Aurore Sand, la petite-fille de George, qui, jusqu’à son décès en 1961, perpétua la philosophie viandarde de sa grand-mère :

« Je la revois comme si c’était hier, du haut de ses quatre-vingt-quinze ans mais toute frêle et malicieuse, sortant d’un air espiègle de l’une de ses poches son petit couteau à cran d’arrêt pour nous initier au découpage savant d’un superbe canard, offert le matin même par un fermier voisin. Personne ne savait aussi bien qu’Aurore découper d’un geste précis et assuré les délicates aiguillettes, ces chairs précieuses d’un canard bien élevé. L’instant était solennel, tout devait être exécuté dans les règles ; chaque morceau prélevé sur la carcasse était ponctué d’un petit rire de triomphe au moment de la déposer en travers du plat de service… »

Mais je m’éclipse, Madame la députée, et vous laisse avec George, Aurore et Christiane, ne voulant pas troubler les mystères d’Éleusis de cette réunion non-mixte, entre femmes puissantes.


Une chronique signée Fabrice Pliskin

fiblan
Membre incontournable !
Membre incontournable !

Messages : 309
Date d'inscription : 27/02/2020
Age : 60

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum